Un champion de la transformation du bois

Un_champion_de_la_transformation_du_bois-19102015-Sud-Ouest par

LES AQUITAINS DE L’ANNÉE 2015 En Dordogne, à Dussac, la société Industrie bois Rousseau s’est imposée parmi les premiers producteurs français de charbon de bois et de clôtures en châtaignier.

Organisé par « Sud Ouest » et la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, en partenariat avec Kedge BS, ce prix distingue des entreprises performantes dans les cinq départements d’Aquitaine. Jeudi 12 novembre, à Périgueux, aura lieu la remise des prix au cours de laquelle, deux chefs d’entreprise de Dordogne, parmi huit nominés, seront élus Aquitains de l’année 2015. Nous présentons aujourd’hui l’une des entreprises sélectionnées

 Les clôtures en bois de châtaignier sont une des spécialités de l’entreprise de Philippe Rousseau. photo Jean-Christophe Sounalet/« so »

Les clôtures en bois de châtaignier sont une des spécialités de l’entreprise de Philippe Rousseau. photo Jean-Christophe Sounalet/« so »

« Regardez ces photos. Depuis la création de l’entreprise en 1958 par mon père, la surface du site est passée de 1,5 à 25 hectares », lance fièrement son président, Philippe Rousseau, 57 ans. À l’origine, Industrie bois Rousseau était spécialisée dans les piquets de vignes en bois de châtaignier, le bois local. Mais, quelques années après son arrivée, en 1977, l’entreprise a multiplié les rachats d’autres sociétés – une parqueterie à Noailles, une scierie… – et a diversifié ses marchés. Résultat, désormais, Industrie bois Rousseau affiche 9 millions d’euros de chiffre d’affaires et 49 salariés.

Diversification réussie

Ainsi, lorsqu’en 1990, le secteur des piquets de vignes s’est effondré sous l’effet de la concurrence à bas prix des pays de l’Est, Philippe Rousseau est parti aux Pays-Bas pour vendre des clôtures en bois de châtaignier. Commercial hors pair, il a vanté la solidité et l’imputrescibilité de ce bois, qui n’a pas besoin d’être traité. ‘La première année, nous avons fait 80 salons pour nous faire connaître. Nous sommes même allés voir la reine des Pays-Bas, qui nous a offert une campagne de publicité à la télévision », raconte-t-il, amusé. Le pari était osé, mais il s’est avéré gagnant six mois plus tard. Aujourd’hui, cette activité représente 30 % du chiffre d’affaires global.

Des investissements osés, mais payants

Le cœur du « business », c’est désormais le charbon de bois de label A, réalisé avec 100 % de bois recyclé. Un pôle développé dès 1984. Pour s’imposer sur ce marché, Philippe Rousseau n’a cessé d’investir : 5 millions d’euros, par exemple, pour de nouveaux fours à charbon en 2000.

Sa réussite irrigue le territoire. Attaché au « made in Dordogne », celui qui est aussi maire de Dussac fait travailler indirectement une centaine de locaux (transporteurs, tâcherons pour l’exploitation forestière…). Ses salariés aussi sont des « hommes et femmes du cru », qu’il a formés lui-même. Et, parmi eux, il y a un certain Florian Rousseau, qui pourrait peut-être lui succéder dans quelques années…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someonePrint this page